çağrı merkezi mail marketing
AUX GOURMANDS DE BELLEVILLE
10, avenue du port 
69220 BELLEVILLE SUR SAONE 
04 74 66 16 23 

Jeudi 11 août, le siège de la confrérie étant fermé, un groupe de 16 personnes (Francs-Mâchons, fenottes, enfants et amis) s’est rendu au restaurant ‘’Aux Gourmands de Belleville’’, chez Rémi Morlevat et son épouse Muriel, anciens patrons du ’’ Collongeard’’, pour une permanence d’été décidée par quelques uns d’entre nous, restés sur Lyon et sa région en cette période estivale.

Dès 18 heures, sous un magnifique soleil, qui riait de l’absence de Marguin Vachod, les parties de pétanque, traditionnels et incontournables moments de détente, pouvaient commencer. D’abord en triplettes (de Belleville évidemment !) puis en doublettes ; parties serrées voire acharnées mais disputées, bien sûr, dans la bonne humeur !

Ensuite, Les femmes ayant investi le salon d’extérieur, les hommes s’installèrent en terrasse pour prendre l’apéritif (pots de Brouilly et de rosé)…

Puis tout le monde passa à table ;

au menu :

Grandes assiettes de tapas, pain grillé, charcuteries, tapenade, anchoïade, très largement servies ! Grenouilles pour la majorité d’entre nous, pavés de boeuf pour les autres, avec gratin dauphinois,

Assiettes gourmandes bien fournies en dessert (tarte aux pralines, boule de glace, mousse au chocolat, framboises chantilly)…Pour accompagner le tout : triptyque de vins en pots de blanc, rouge et rosé, avec modération comme il se doit ; des bouteilles d’eau minérale gazeuse, et de l’ eau plate en carafes soulagèrent les plus assoiffés …

Ce n’est qu’après 23 heures que nous quittâmes progressivement les lieux, la famille Forey (avec leur fils Thierry) rentrant sur Béon, dans l’Ain, la famille Ducard (avec leur fille Véronique) retournant au Breuil, dans l’Allier...pour ne citer que les plus éloignés.

En conclusion, ce fut un beau moment d’amitié, dans un bel endroit, avec un temps splendide, bref une belle réussite… et comme Rémi reste fidèle à la tradition du mâchon, voilà un établissement à revisiter « statutairement »…Pourquoi pas l’année prochaine ?

Texte C.P. Photo P.L.D.