çağrı merkezi mail marketing
Domaine du Bois de la Bosse
Georges et Cyril Després
Le Vernay
69460 Saint Etienne des Oullières

 

Tôt le matin, sous la houlette d’André Jullien, les « préparateurs » arrivaient sur place, au domaine du Bois de la Bosse, Chez Georges et Cyril DESPRES à St Etienne des Oullières, dans le beaujolais. Ils ne ménagèrent pas leur peine pour que tout soit près à l’arrivée des convives.

 

Le car BLUMA et les quarante voyageurs (1) :

Rendez-vous était donné à 8h30 cours Lafayette, au niveau du restaurant  ‘’Les Amis’’, pour un départ collectif en car, afin de profiter au mieux de cette journée, sans le souci d’avoir à prendre le volant pour le retour. Départ à 8h 50. Dès les premiers hectomètres parcourus : apparition de bouchons ! Heureusement, ils n’étaient pas sur la route, mais bien sur des bouteilles de blancs apportées par des membres du bureau attentionnés et qui allaient, tradition oblige, offrir un décrassage vineux de qualité, accompagné de belles et bonnes tranches de saucissons (merci Franck). La route fut vite avalée (elle aussi !) et l’arrivée au domaine se fit par le haut du village (autocar trop long, virage trop serré…ça ne passait pas par le bas). Certains firent les 700 mètres restants à pied, les autres se laissèrent guider par Georges, qui en matière de braquage, en connaissait un rayon et  nous montra l’itinéraire idoine pour arriver… au boudin.

« - Au boudin ! » s’écrièrent les voyageurs, attirés par les senteurs alléchantes émanant du hangar dans lequel avait été installée la chaudière. Ceux venus par leurs propres moyens, les régionaux, les travailleurs du jour, les ‘’autocarisés’’, heureux de se  rencontrer, ou de se retrouver, partagèrent ce fantastique moment qu’est la dégustation du boudin (unanimement qualifié d’excellent !) tout juste sorti de la fameuse chaudière, et des jus de la treille proposés par nos hôtes, vignerons émérites. D’autres convives arrivaient, comme amenés par le vent, petit à petit, sous un beau soleil pré-printanier, tous étaient ravis de participer à la fête…

Le temps passait, les cuisiniers et leurs aides, prirent la direction de la …’’cuisine’’ pour les préparatifs du repas : épluchage, rinçage, découpage,…. tout le « cuisinage ! » Quelques Francs Mâchons et amis dressèrent les tables dans la grande salle de réception mise à notre disposition.

Pas moins de soixante dix personnes prirent place pour ce repas du cochon décliné sous plusieurs formes.  Après un mot d’accueil et de remerciements du président, qui se félicita que cette  journée ait attiré un grand nombre de participants, grâce à l’investissement de chacun, et lança le fameux « bon appétit et large soif »,  le repas pouvait commencer.

Les bouteilles de vin sur tables (production de la maison) allaient nous ravir tout le long de celui-ci.

Une rafraîchissante salade verte accompagna de délicieuses tranches de terrines,  première transformation du cochon.

Vinrent ensuite des sabodets, excellents eux aussi, parfaitement cuits et préparés, deuxième transformation de la bête.

Puis les rôtis irréprochables, troisième transformation de Naf Naf , et la purée’’ maison’’ complétèrent le menu porcin du jour.

Les fromages, achetés dans les environs (nous voulions privilégier les producteurs et marchands locaux), furent au niveau des plats, et les tartes servies en dessert (provenant de la boulangerie locale également) connurent elles aussi un succès mérité.

 

Après un café pour les amateurs, Georges proposa la ‘’goutte ‘’ (qui lui restait de son grand-père !) car il était vraiment heureux de partager ce moment avec nous, c’était réciproque bien entendu, et nous le remercions encore pour son accueil si amical.  Il était temps pour les personnes intéressées  de faire l’acquisition de quelques flacons au caveau, car le temps passait, et il fallait songer à rentrer.

 

Le car BLUMA et les quarante voyageurs (2) :

Dès les premiers hectomètres parcourus : apparition de bouchons ! Mais comme à l’aller, c’était sur des bouteilles et non sur la route, et ils sautèrent rapidement ! Ce petit pétillant nous enchanta et c’est donc en chansons que se fit le voyage de retour, pour terminer cette magnifique St Cochon, cru 2013 qui restera un très bon millésime !

Mr BLUMA nous déposait   vers 18h, 18h30, on ne sait plus vraiment, d’ailleurs qu’importe !

Quelques amis se rendirent à la cave pour y déposer des cartons achetés, et reparler de cette journée…en buvant un verre, toujours avec modération.

Le président Proton, remercie une nouvelle fois TOUS les amis qui  se sont donnés ‘’cœur, corps et âme’’ pour faire de cette manifestation la belle réussite qu’elle a été.

 

Texte C.P. 
Photos P.L.D.