çağrı merkezi mail marketing

Vendredi 31 mai à 20h,

arrivée d’un premier contingent de Parisiens à notre permanence, décalée d’un jour pour nous permettre de les accueillir dans les meilleures conditions, comme il se doit.

Moult plateaux de charcuterie accompagnant les nombreux pots (de rouge et de blanc) à l’apéritif, les retrouvailles n’en étaient que plus chaleureuses ! On pouvait donc passer à table sans remords.

Au menu : pots de morgon, joue de porc, pots de morgon, patates sautées, pots de morgon, fromages, pots de…plus de morgon au Morgon ?! Alors pots de beaujolais- village ou de brouilly… qu’importe, pourvu que ce soit du beaujolais ! Finalement, on a vidé les frigos, il est vrai que nous avions tant de choses à nous dire que cela nous a donné soif…et que nous étions nombreux (19).

Samedi 1er juin à 8h,

arrivée d’un premier contingent de mâchonneurs au Musée, rejoints petit à petit par le gros de la troupe (qui?) jusqu’à 9h….et un peu plus, puis, décrassage vineux terminé, nous nous installons pour le mâchon.

Au menu : pots de chiroubles, joue de porc (encore! Cela permettra une ‘’discussion comparative’’ avec le plat de la veille), gratin dauphinois, fromages..A noter le grand nombre de présents (40).

Ce mâchon est suivi de la visite de la cour avec les commentaires avisés de Luc.

Samedi 1er juin à 11h,

départ pour un « traboulage » sur les pentes de la Croix-Rousse, visite commentée de manière très instructive par Guy Valarcher. Petite halte place Colbert, le parcours ayant donné soif à tous,

puis fin de la montée, et arrivée sur la colline où nous sommes attendus rue Ozanam, anciennement chez l’inoubliable Marie-Thé, par les nouvelles ‘‘tenancières’’ du « Gargagnol », Edwige et Cynthia.L’accueil qui nous est réservé est fort sympathique, voyons cela :

Samedi 1er juin à 12h45,

au Gargagnole, sur la terrasse qui nous était réservée, où nous retrouvons nos ‘’anciens’’ (montés par véhicules motorisés), nous sont proposés (et offerts !) de somptueux plateaux de charcuteries diverses et variées que nous accompagnons de quelques pots de blanc ou rouge selon le goût de chacun.

Samedi 1er juin 14h30,

départ vers la salle de la Ficelle pour un spectacle de Guignol, en ordre quelque peu dispersé : certains passant par la place de la Croix-Rousse pour voir la statue de Jacquard, d’autres traversant le marché, d’autres encore voulant tester le vin blanc d’un bistro tenu par une ‘’vieille amie’’ du président. Après un rapide coup d’œil au mur des canuts, les arrivées se succèdent à la salle de la Ficelle où nous attendent…quelques verres de vin.

Après un petit historique sur Guignol et les personnages qui l’entourent, c’est un ‘’impromptu’’ qui nous est proposé sur le thème des Francs-Mâchons Lyonnais et Parisiens et tout ce qui fait notre histoire et notre quotidien, spectacle plein de drôlerie et de bonne humeur qui rencontre un énorme succès. Puis il est temps de se restaurer, un excellent buffet prévu à cet effet, y pourvoira. Fin de la pause, et troisième acte ‘’marionnettisé’’ couronné du même succès. La « démarrante » pour ne pas gâcher, et nous quittons la place, après une visite très intéressante des coulisses du théâtre de Guignol.

Samedi 1er juin vers 17h30,

départ pour notre lieu de rendez-vous, le restaurant ’’ L’âme sœur ‘’, chez Olivier Paget, où se déroulera le repas de gala ; avec un crochet par les halles toutes proches, pour nos amis Parisiens soucieux de faire l’achat de quelques produits de la maison Sibilla, non sans partager le verre de l’amitié avec les Lyonnais qui les accompagnent…

 

Samedi 1er juin vers 19h30,

arrivée progressive des convives, puis dégustation à l’aveugle organisée par Manu PDF, de 8 crus parfois très surprenants quant à leur origine. Une belle idée, très appréciée.

Puis nous passons à table pour le repas de gala

 

- Râble de lapin en rognonnade, purée de carottes au safran

- Rillettes de maquereaux comme un club sandwich

- Poulpes marinés, chutney de tomates, fenouil à l’orange

- Tomates cœur de pigeon

Beaujolais blanc 2011 « Bernard Martin »

Nage de mousserons des prés au beurre demi-sel, langoustines et crumble de tourteaux aux dés de haricots

St Veran – vieilles vignes « Domaine Corsin » 2010

Volaille fermière au vin jaune, pommes de terre grenaille confites aux trompettes de la mort et copeaux de compté

Chiroubles « Gilles Paris » 2011

 

Fromages secs, fromage blanc ou yaourt de brebis à la gelée beaujolaise

Chiroubles « Gilles Paris » 2011

 

Bavarois léger à la framboise, sablé breton au chocolat et sorbet fraise-basilic

 

Vers minuit le gros de la troupe (qui ?) quitte le lieu, ravi et repu. Quelques uns les imiteront un peu plus tard, un quarteron F.M. lyonnais restera encore plus tard et partagera avec le personnel quelques boissons digestives et quelques bulles…

 

Ainsi se termine cette belle journée du samedi… et commence celle du dimanche !

 

Dimanche 2 juin vers 8h30,

arrivée d’un premier contingent de Franc-Mâchons, suivi très rapidement par le gros de la troupe (qui ?). Nous sommes au Ganathain, maison que nous connaissons bien et dont nos amis Parisiens vont pouvoir apprécier toutes les qualités. La courte nuit qui entrecoupa nos agapes s’étant visiblement bien passée, tout le monde est sur le pont « de bonne heure et de bonne humeur » ce qui laisse augurer une (encore) belle journée. Quelques pots de blanc finissent de réveiller les moins matinaux d’entre nous, et le casse croûte concocté par Georges NOHERIE apportant les forces nécessaires, ceux qui « avaient les boules » pouvaient alors en découdre…

Dès l’arrivée sur le terrain, intimidations, boutades (de Dijon ?), tout est bon pour tenter de déstabiliser l’adversaire…dans la bonne humeur. Plats et pots suivant les hommes, pas de risque du ’’coup de fringale’’ fatal aux compétiteurs peu prudents, omettant victuailles solides et liquides ! ‘’LA ‘’ partie de pétanque débute sans que la pluie, un moment redoutée ne vienne la perturber… Les Lyonnais donnèrent une leçon….de savoir-vivre en laissant gagner les Parisiens, comme ils avaient eu, l’an passé, la mansuétude de ne pas les vaincre sur leurs terres parisiennes !

Dimanche 2 juin vers 13h,

après un nécessaire apéritif, nous passons à table. Nous est alors servie une délicieuse blanquette de veau ; tout est parfait, la cuisson de la viande, la sauce, et le petit plus du chef : des légumes (pommes de terre et carottes nouvelles, petits navets ronds etc…) avec champignons et oignons grelots, ont remplacé l’habituel riz d’accompagnement !

Plusieurs repasses sont possibles et acceptées volontiers, elles nous emmènent aux plateaux de fromages excellents, et, pour certains, un dessert maison, offert par le patron. Des pots de côtes du rhône et des bouteilles d’eau pétillante apportèrent les éléments liquides nécessaires à tout bon repas.

Après un café, une goutte, le Lyon- Paris 2013 s’achève par la dégustation de quelques bulles de champagne offertes par de généreux Francs-Mâchons, qu’ils en soient chaleureusement remerciés.

 

Vers 15h00-15h30,

les Parisiens, un peu plus lourds qu’à leur arrivée, reprennent la route de la capitale, pleins….de bons souvenirs de ces moments partagés avec nous.

Décidément, ces rencontres entre F.M Lyonnais et F.M Parisiens sont de véritables parenthèses enchantées !...

Merci à tous pour votre participation à cet évènement.

Texte C.P. 
Photos O.V., P.L.D., H.H.