çağrı merkezi mail marketing
Café comptoir les Frères Barbet
58, boulevard Émile Zola
69600 Oullins
04 78 51 33 92 

 

 

Nous connaissons bien l’établissement qui nous accueille ce matin. Il s’appelait naguère ‘’le Zola’’… pas bête puisqu’il est situé boulevard Emile Zola à Oullins. Il est baptisé aujourd’hui ‘’ Les frères Barbet’’. Pas bête non plus puisqu’il appartient aux frères Barbet, bien connus de nos services depuis qu’ils officiaient au « Béranger ». Aujourd’hui, c’est Julien qui nous reçoit dans son restaurant. Nous avions eu aussi l’occasion de déjeuner dans cet établissement en septembre 2013 lors de notre concours de boules.


Exceptionnellement, Claude Barbet a abandonné un moment son « Café de la Gare » à Brignais, pour nous accompagner, et partager avec nous cette collation matinale qui commence comme il se doit par le petit blanc pris au comptoir.

Le Mâcon fruité est accompagné de grattons, fritons et saucisson pour nous mettre en appétit. Un monde fou dans la pièce du fond et même dans celle de devant !


33 personnes à table, ça fait plaisir. De nombreux invités nous ont rejoints ce matin…et ils ne l’ont pas regretté !

Après le mot du Président qui les présenta et excusa certains absents, nous avons partagé un vrai mâchon comme on les aime, servi « à la française », c'est-à-dire au plat et non à l’assiette : deux superbes jambons (qui nous furent présentés entiers lors de la mise en papilles) cuits au foin, sauce à la crème d’ail avec une pointe de lavande, purée maison : un pur régal !



Un excellent Brouilly pour arroser le tout, y compris le St Marcellin, la cervelle de canuts et le fromage blanc, qui terminèrent ce fort sympathique repas.


L’ambiance, comme le mâchon, fut délicieuse. Dehors, le soleil riait, ce qui incita certains convives à «  faire le trottoir » et apprécier quelques cigares avec le digestif, en terrasse.


Voilà un mâchon que n’auraient pas renié nos Anciens, qui a fait l’unanimité, et…un jaloux : Marguin Vachod , qui n’avait pu se libérer, et s’en mord les doigts, n’étant plus assez souple pour s’en mordre les…jambons bien-sûr !

 

Texte G.P. & C.P. 
Photos P.L.D., F.P., M.C.