çağrı merkezi mail marketing
Auberge du village
7, place de l'église 
69570 Dardilly 
04 78 35 77 50 

 

Après une fin d’hiver aux couleurs d’été, ce premier mâchon de printemps (mais le deuxième de l’année) avait des couleurs d’automne… Vivaldien,  non ?

Pour inaugurer la saison nouvelle, c’est à Dardilly que nous nous sommes retrouvés pour notre messe matinale et bachique à l’ombre du clocher de l’église, à  ‘’L’auberge du Village’’. Pour avoir de l’ombre encore eut-il fallu que le soleil brillât. Mais, comme le dit si bien notre ami Marguin Vachod, mâchon pluvieux, mâchon heureux ! Le patron , Sylvain DUITTOZ   accueillit les trente cinq convives les bras ouverts, le sourire aux lèvres et les pots à la main.


Le petit (pourquoi petit ?) décrassage vineux (le mot n’est pas joli mais l’action tellement agréable !), s’effectua avec modération (qui avait fait le déplacement spécialement pour nous) et des pots de Macon que des torpilleurs de saucisson, qui ne sombrèrent pas,  et des coupelles de grattons accompagnèrent avec bonheur.

C’est avec un léger retard (mais le plaisir s’accroit quand les faits se reculent), que notre bien aimé Président excusa quelques absents et présenta les invités dont un de poids en la personne de Jérémy Castex, pilier de l’équipe de rugby du L.O.U , lors d’un discours qui pour être bref n’en fut pas moins brillant.


Pour aiguiser nos papilles le patron nous proposa des raviers de clapotons et de salade de museau (que nous acceptâmes bien volontiers !). Ils furent rapidement rejoints puis remplacés par d’appétissants plats de saucisson et de sabodet sauce vigneronne, et pommes de terre vapeur.



Les pots de Beaujolais épuisés, ceux de Côtes de Rhône arrivèrent à la rescousse, en même temps que les saladiers de cervelles de canuts et les superbes plateaux de fromages sur lesquels le reblochon, le bleu, le Saint-Marcellin aux gènes, et bien d’autres se disputaient les faveurs des commensaux. Le café fut servi au choix à table ou au comptoir.


Certain libraire, dont je tairai le nom eu égard à l’amitié qui nous lit (humour orthographique de… libraire), s’offrit même un pied de cochon en guise de café gourmand … que ceux qui ne le jalousèrent pas lui jettent la première pierre ! (à ma connaissance, aucun projectile ne lui fut lancé !).


L’heure des premiers départs, des digestifs et cigares arriva, et, tout naturellement, chacun agit en fonction de ses obligations ou envies du moment. Ceux qui restèrent purent apprécier la générosité de Sylvain !


Cette longue et sympathique matinée se termina. Le LOU quitta l’auberge et rît…

Un trio décida de repasser à table…il faut dire que le clocher (et non pas le facteur) venait de sonner deux fois !!


Le temps ne fait rien à l’affaire, quand on est en bonne compagnie, il fait toujours beau…

Texte C.P. & G.P.  
Photos P.L.D. .