çağrı merkezi mail marketing
La Bascule
le Bourg
69820 Fleurie
04 74 06 65 77 

 

En mai, fais ce qu’il te plaît (mais dépêche-toi, on est le 30 !). Les Francs-Mâchons ont donc décidé de prendre leur quartier d’été un peu en avance dans le Beaujolais, plus précisément à Fleurie. Rien que le nom du lieu résonnait dans leur tête, leur cœur et leur gosier comme une promesse de volupté et de félicité.

 

Le soleil riait dans le ciel malgré l’heure matinale et augurait d’ une journée comme on les aime, empreinte de chaleur humaine, de bonne chère et de vin gouleyant  prompt à embarder les papilles et dessiner sur les visages des convives un sourire de bon aloi.

 

C’est au restaurant « La Bascule » que nos hôtes, Joseph et Fabienne Pronesti nous reçurent,  bras ouverts et pots de Beaujolais blanc en main. L’arrivée des Francs-mâchons et invités s’échelonna de 8h à 9h évitant ainsi embouteillages et bouchons au comptoir ce qui, reconnaissons le eût été un comble !

Après avoir basculé, le lieu l’impose, avec modération, quelques pots de blanc, les vingt-cinq commensaux s’attablèrent, protégés du soleil, qui par d’improbables couvre-chefs, qui par les parasols dépliés pour l’occasion.

Les assiettes copieusement garnies de saucissons à la beaujolaise et pommes de terre firent l’unanimité, le moelleux du saucisson le disputant à la saveur de la sauce.

Les fromages disposés sur les plateaux avaient de quoi satisfaire chacun d’entre nous : des doux (pour les forts), du fort (pour les doux), des secs (pour les tendres), des coulants (pour tous)…

Le beaujolais rouge qui accompagna ce mâchon fut à la hauteur des mets.

Un bien beau (et excellent) mâchon, conclu par le café, et un pétillant offert par Jean D. qui fêtait son anniversaire, congratulé par Marguin Vachod qui nous avait accompagné dans notre périple beaujolais.

Une telle matinée ne pouvait se terminer aussi vite. Nous fûmes invités au Domaine des deux fontaines par Michel Déprès à visiter son chais et déguster son Fleurie, décliné en divers millésimes. Chais et rasades en quelque sorte (je n’ai pas compté les 1001 muids).

Auberge du col de Truges
le col de Truges
69910 Villié Morgon
04 74 69 92 51

 

Mais l’heure du repas approche et l’ami Jean Jacques Soudeil nous attend de pied ferme au col de Truges  pour nous faire déguster sa spécialité, le coq au vin. Il nous accueille avec son épouse et même le chat est content de nous voir.

Pour nous ouvrir l’appétit, s’il en était besoin, il nous servit en entrée un marbré de lapin des plus agradants. Et puis, le coq au vin avec son gratin pur crème, certains diraient qu’il est mitonné, ou confit, ou … Baste !

Le coq au vin de chez Soudeil, ça ne s’explique pas, et pour le décrire, il faudrait un Zola. Non, un coq au vin de chez Soudeil, ça se regarde, ça s’admire, ça se hume, ça se déguste… et après, on en parle, on le refait vivre, en terrasse, parfois avec un verre de digestif à la main (santé, sobriété comme le dit notre bien-aimé Claude).

Pour finir en beauté le plateau de fromages et les desserts complétèrent la satisfaction de nos papilles.

En bonne compagnie, le temps passe très vite. On ne regarde pas sa montre, comme pour prolonger l’éternité, on profite de l’instant…

Texte G.P.

Photos P.L.D., G.S. & O.Rom.