çağrı merkezi mail marketing

Les Terrasses du Griffon
6 place du Griffon
69760 Limonest 
04 78 83 54 67 .

Ce samedi 27 juin fut l’occasion, pour les joyeux francs-mâchons et leurs invités, de se retrouver pour une ultime et bucolique matinée avant l’été, à Limonest , aux Terrasses du Griffon. La mine réjouie, ce fut avec entrain que les premiers convives se pressèrent, à peine après 8 heures, sous les arcades du centre de la paisible bourgade de l’Ouest lyonnais, une fois n’est pas coutume : il faut dire que la dernière rencontre officielle remontait au début du mois, à notre rendez-vous annuel avec nos amis parisiens où tous n’avaient pas pu se rendre et qu’il n’est pas besoin de prier avec trop d’insistance les confrères malicieux de participer à une messe bachique, aux agapes matinales en bonne compagnie.

Et l’accueil fut chaleureux et endiablé : du vin blanc, il y en eut ; des tranches de saucisson, il y en eut aussi. Le cadre, avec une splendide vue à 180° sur les monts du Lyonnais, était magnifique, le soleil brillait de mille feux, les joyeux drilles étaient venus nombreux. Bref, la journée se présentait sous les meilleurs auspices.

Ce fut donc une troupe de pas moins de 24  gais lurons que le secrétaire général héla, sur les coups de 9 heures ou à peu près, pour passer à table et commencer les hostilités. Une bonne tête de veau, comme on les aime, fut agrémentée de flacons de vin rouge de bon aloi. Des assiettes de fromage, reblochon fermier et tomme du pays de notre hôte, parachevèrent la fête.

Repas conclu par le passage éclair du maire de Limonest, invité par Christian B., ne pouvant pas partager notre mâchon, il est venu nous saluer entre deux rendez-vous.

Et déjà s’égrenaient sur la terrasse les compères ravis et repus. Au gré du vent qui commençait à se lever, la matinée estivale se termina cigare à la main, tandis que les digestifs, et notamment une fabuleuse poire bien sur le fruit, égayaient les discussions épicuriennes de la fin d’une nouvelle réunion réussie où, comme d’habitude, les seuls torts revenaient aux absents.

Quelques irréductibles, comme dans le village gaulois, se souvinrent alors qu’une grosse année auparavant, la confrérie ne fut pas mal reçue du tout guère loin de là, à L’auberge du village de Dardilly. Fidèles à leur estomac, ils rejoignirent donc pour midi un Sylvain Duittoz tout sourire. Et la fête recommença : terrines et charcuterie maison ne furent que les hors-d’œuvre de viandes de Salers tendres à souhait, de ris de veau magnifiquement cuits, de foie de veau rosé et de tartare.

Sur les coups de 16 à 17 heures, il fallut bien se résoudre à rentrer. Encore une très belle journée pour les francs-mâchons en 2015, qui commença par du nouveau aux Terrasses du Griffon et s’enrichit de nos expériences passées à Dardilly par la suite.

Texte H.H.
Photos P.L.D. & O.V.